J’ai reçu hier la brochure d’une association professionnelle. A la page 5 figure la photographie du comité de l’association: neuf hommes blancs entre 40 et 70 ans. A la page 19 on trouve enfin une femme, blanche, dans les bras de son ami ou mari qui est le sujet d’un article de 4 pages. Page 22, photo pleine page d’une femme blonde avec son bébé aux yeux bleus pour illustrer un article.

Etonnant. Pour moi cette brochure est représentative de l’Ancien monde. La Suisse d’aujourd’hui est multiculturelle – c’est choquant de ne voir que des images de personnes blanches aux cheveux clairs. Même si leur public cible appartient à cette catégorie, ils s’assurent une non-adhésion des personnes plus jeunes qui sont habitués à la diversité et s’attendent à la voir partout.

La présence des femmes, on en parle? Bien sûr qu’on ne peut pas inventer des femmes dans les comités et les conseils d’administration. Mais leur absence révèle un management qui n’encourage probablement pas leur carrière. Ou que les postes se transmettent au sein de réseaux auxquels elles n’ont pas accès, comme celui de l’armée par exemple. Cette absence aurait pu être comblée par des images plus fortes de femmes, qui sortent du schéma « femme de » ou « maman ».

Il n’y a pas de juste ou faux, mais des messages qui sont délivrés consciemment ou non. Pensez-y!

N'hésitez pas à partagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn