Un rond-point est utilitaire, certes. Mais l’angoisse de l’espace vide surgit rapidement après la décision de le faire: « d’ailleurs, on met quoi dessus? ». Et oui, qu’y mettre?

  • Une oeuvre d’art. Ce choix permet d’ouvrir une brèche de créativité dans un espace « utile », de soutenir des artistes locaux, de se laisser surprendre
  • Des fleurs. Qui changent à chaque saison, qui relie l’objet rond au reste des espaces fleuris, qui ont un coût récurrent et qui demandent un paysagiste avec du goût.
  • Rien. L’efficacité sans artifice, le nécessaire sans le superflu. Brut? Désargenté?

Les messages transmis se retrouvent dans les détails – et le positionnement d’une ville dans son rond-point d’entrée de ville.

N'hésitez pas à partagerShare on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn